Le blog des collectivités et des citoyens
Aménagement des lieux de vie collectifs
Mieux vivre ensemble

Tiers-Lieux : aménageons nos Fab Labs pour redynamiser nos territoires

20 octobre 2019
Collaborer

Il y a quelques mois, le gouvernement annonçait son souhait d’investir 45 millions qui seront dédiés au développement des tiers-lieux sur l’ensemble du territoire. Depuis plusieurs années en effet, des « Fab Labs » ont pris racine dans nos collectivités et rencontrent un succès synonyme de notre époque et d’une volonté de bâtir un mieux-vivre ensemble. Retour sur un phénomène qui se généralise...

L’excellence française à la portée de tous

Comme notre article sur le co-working le rappelait, nous assistons depuis quelque temps à l’émergence de ce que l’on appelle des « tiers-lieux » : working café… espaces de coworking… et même Fab Lab. Intégrés aux territoires, ils rassemblent des dynamiques entrepreneuriales au cœur d’un même lieu afin d’y créer des opportunités économiques locales. Insérés dans l’ambition de reconquête des territoires, plus particulièrement de ces coins de France parfois « laissés pour compte », ces espaces attirent et font parler de plus en plus d’eux. Et pour cause ! Les tiers-lieux s’affirment comme une solution et le rempart dans la lutte contre la fracture territoriale.

Penchons-nous alors sur l’un de ces tiers-lieux qui vient d’entamer une vraie révolution en France : le fameux Fab-Lab. Dans sa définition officielle, les Fab Labs ce sont : « un réseau mondial de laboratoires locaux, qui dopent l’inventivité en donnant accès à des outils de fabrication numérique », selon la charte officielle du MIT. Autrement dit, le Fab Lab est un espace communautaire qui mutualise un ensemble de ressources permettant de fabriquer « à peu près tout ce que l’on veut » et surtout, de diffuser et conserver des savoir-faire auprès d’un très large public à l’image par exemple du « Fab Lab Descartes », un atelier de fabrication numérique accessible à tous, situé dans l’Est parisien.

Il arrive même que ces laboratoires de fabrication et d’innovation s’insèrent dans d’autres espaces de création comme les makerspaces, ancêtre du hackerspace, ou du repair’café, des lieux consacrés à la réparation d’objets, et ce, selon le besoin identifié par la collectivité. C’est le cas notamment du Fab Lab initié par la Cité des Sciences et de l’Industrie à Paris : un atelier partagé de conception et de fabrication, libre, gratuit et ouvert à tous et conçu dans un souhait de co-construction, de mise en œuvre d’une intelligence collective et de désacralisation du « geste technique » et de la « démarche scientifique ».

Le Fab Lab pour redynamiser nos territoires

De la découpeuse laser à la fraiseuse en passant par l’imprimante 3D, les Fab Labs donnent accès à tous à un véritable trésor technologique où s’opère un « retour au faire » où entrepreneurs, startuppeurs, particuliers, artisans, entreprises et bien d’autres encore, se retrouvent. En France, ces espaces ont provoqué un engouement tel que nous sommes devenus le 2ème pays le plus adepte après les États-Unis ! Un dynamisme qui a convaincu l’État de miser davantage sur les tiers-lieux avec l’annonce d’un investissement de soutien à hauteur de 45 millions d’euros.

À l’échelle des territoires, nous avons l’exemple de la région Occitanie, première « Fab Région » de France, qui s’est particulièrement investie sur ce sujet. En proposant une labellisation et une mise en réseau des tiers-lieux existants sur son territoire, la Région entend bien renforcer la visibilité et la notoriété de ces structures et contribuer ainsi à une nouvelle forme de travail plus collaborative. C’est aussi un rééquilibrage du dynamisme du territoire qui non seulement retrouve un public parfois éloigné du monde du travail et fait revivre et durer par la même occasion, des savoir-faire manuels parfois en voie de disparition. C’est sans compter l’incroyable levier social que le Fab Lab active sur le territoire, en étant vecteur d’une meilleure cohésion pour un « mieux vivre-ensemble ». Il n’est donc pas surprenant que la première Fab région de France lance depuis 2016 des appels à projet en parallèle de la reconnaissance de son label international Fab Région.

Si l’on dénombre aujourd’hui près de 1 800 tiers-lieux en France, les Fab Labs sont au nombre de 400 sur tout le territoire avec pour point commun, le même désir de « faire ensemble ». Mais quelle est l’origine de ce phénomène ? Nés dans les années 2000, les Fab Labs ou « Fabrication Laboratoires » seraient l’illustration d’une nouvelle forme de révolution industrielle et surtout une création du MIT, à l’origine du premier Fab Lab dans le monde. Si l’ambition originale était d’ouvrir des espaces ouverts à tous et non pas qu’à une communauté bien identifiée, cela s’applique tout autant dans l’accès aux « machines » qui s’y trouvent et souvent coûteuses, dans un esprit « Do It Yourself ».

Ainsi au fil du temps, les Fab Labs se sont transformés en des lieux de vie et de travail où se rencontrent des synergies de toute sorte, sans forcément être impulsées par une dynamique entrepreneuriale, mais portée dans la majorité du temps par un support associatif afin de susciter la plus grande ouverture possible. Le phénomène rencontre aussi par la même occasion un souhait commun de retour au recyclage, d’« upcycling », de reconversion du produit… l’inverse d’une consommation de masse, qui laisse entendre un succès durable pour nos Fab Labs.

Un succès uniquement possible si l’aménagement est spécialement pensé pour !

Vous l’aurez compris, si les Fab Labs suscitent une telle énergie autour de son concept c’est qu’il est, à la fois clé de développement économique pour les territoires qui s’y intéressent, notamment dans la création d’emplois qu’ils peuvent susciter, mais aussi de cohésion sociale. En regroupant dans un seul et même endroit un large public, maître ou non des rouages des machines qui sont présentes sur place, pour apprendre, se former ou utiliser tout simplement ce qui s’offre à lui, il est essentiel que l’aménagement soit en cohérence avec l’ambition de cet espace. Il va en effet sans dire que l’accès à des engins onéreux et même dangereux doit être réglementé à travers la définition de zones dédiées : machines à commande numérique, à outils traditionnels, de travail et d’apprentissage, de stockage… Des aspects qui impliquent un aménagement pensé pour permettre la flexibilité de tous les usages du Fab Lab : une ambition portée par Manutan Collectivités dans sa volonté de contribuer au mieux-vivre ensemble à travers l’aménagement de lieux de vies comme le Fab Lab.

Crédits photos Adobe STock

Vous allez aimer aussi
Commentaires ({{totalComments}})
  • {{comment.author.firstName}} {{comment.author.lastName}}, {{comment.createdAt}}
    {{answer.author.firstName}} {{answer.author.lastName}}, {{answer.createdAt}}
Laissez un commentaire